Advertisement

Nouvelles

A Bormes-les-Mimosas, Emmanuel Macron redouble de pessimisme

Advertisement

A Bormes-les-Mimosas, Emmanuel Macron redouble de pessimisme
Written by admin

Advertisement

L’hiver sera rude. Quelques heures après s’être entretenu avec Vladimir Poutine, c’est un Emmanuel Macron inquiet qui s’est présenté sur les hauteurs de Bormes-les-Mimosas (Var), pour célébrer le 78e anniversaire de la libération du village, le 17 août 1944.

Le président de la République avait déjà préparé les Français à une rentrée et à un hiver difficiles, lors de son interview du 14 juillet, en raison des risques de pénuries d’énergie et de la flambée des prix induits par la guerre en Ukraine. A Bormes, pour sa première allocution après quelques jours de repos au fort de Brégançon, il a réitéré avec le pessimisme quant aux jours à venir.

Lire aussi : Les principaux points de l’entretien d’Emmanuel Macron pour le 14-Juillet : réformes des retraites, réduction de la consommation d’énergie et plan de « sobriété » dès cet été

« Je pense à notre peuple, auquel il faudra de la force d’âme pour regarder en face le temps qui vient, résister aux incertitudes, parfois à la facilité et à l’adversité, et, unis, accepter de payer le prix de notre liberté et de nos valeurs »lancé le chef de l’Etat. « Oui, les fantômes de l’esprit de revanche, les violations flagrantes de la souveraineté des États, l’intolérable mépris des peuples, la volonté impérialiste ressurgissent du passé pour s’imposer dans le quotidien de notre Europe, de nos voisins, de nos amis »at-il martelé.

Emmanuel Macron a par ailleurs dénoncé « L’attaque brutale de Vladimir Poutine » en Ukraine, et fait référence à ses appels téléphoniques avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, puis avec son homologue russe, « pour chercher à obtenir les engagements indispensables pour maintenir la sécurité nucléaire sur le sol de l’Ukraine ». Dans « cette guerre qui tonne à nos portes »le chef de l’Etat a retenu la « résistance héroïque » du peuple ukrainien face aux « assauts terribles de l’armée russe et de ses supplétifs ».

Climat : Emmanuel Macron un semblé presque résigné

Traditionnellement, cette fête du 17 août est l’occasion de saluer la mémoire des dizaines de milliers de soldats qui ont débarqué en 1944 sur les côtes provençales pour mettre fin à l’occupation allemande. Elle est devenue un point d’étape traditionnel pour le président avant la rentrée. La commémoration, initialement prévue mercredi, avait été décalée de deux jours en raison des alertes météo. Deux ans, ce rituel semble d’ailleurs tristement marqué depuis l’actualité climatique. A l’été 2021, c’était le massif des Maures, tout près, qui s’embrasait ; cette année, c’est la Corse qui panse ses blessures au lendemain d’orages meurtriers qui ont fait cinq victimes.

A propos de ce qu’il nomme des « cataclysmes climatiques dévastateurs », le chef de l’État à semblé presque résigné. « Ils menacent hélas de s’intensifier et de se répéter », at-il déclaré. Face à constat, l’accent est mis sur la gestion des conséquences plutôt que sur la prévention – la priorité est « de repenser nos systèmes d’alerte et de sécurité et l’organisation des forêts ».

Il vous reste 42,58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment