SANTÉ

Covid19. Des variantes et des vagues à l’infini ? On a posé la question aux spécialistes

Covid19.  Des variantes et des vagues à l'infini ?  On a posé la question aux spécialistes
Written by admin

Première vague, deuxième vague, troisième vague… bientôt la huitième ? Depuis mars 2020, nous sommes confrontés à une répétition des vagues épidémiques de Covid-19. Et tout comme les hausses régulières du nombre de cas, les variantes se succèdent (Alpha Delta, Omicron…), ainsi que les sous-variantes.

Même si le virus est mieux maîtrisé grâce à l’immunité naturelle et aux différentes campagnes de vaccination, cette succession de vagues et de variants semble sans fin. Alors nous ferrons face à des vagues et des nouvelles variantes à l’infini ? Explications.

Une nouvelle vague tous les quatre à six mois ?

Sur France-Culture, le professeur et infectiologue au CHU de Bordeaux, Denis Malvy, a fait un parallèle, le 19 août 2022, entre la récurrence des vagues de Covid-19 et la fin de l’immunité générée par les vaccins. « Le virus SARS-Cov2 produit des variantes et sous-variantes sur un rythme de six à quatre mois. Cette apparition est liée au fait que la vaccination protège sur une période relativement courte », at-il expliqué. Autrement dit, passé ces quatre à six mois après la vaccination, la population serait moins immunisée et donc plus réceptive à la transmission du virus.

Pour Pascal Crépey, enseignant-chercheur en épidémiologie et biostatistiques à l’École des hautes études en santé publique à Rennes, les flambées épidémiques successives ne sont pas justes liées à la perte d’immunité mais sont aussi déterminées par l’apparition de nouvelles variantes et par les conditions climatiques plus ou moins favorables à la transmission.

C’est la combinaison de ces trois facteurs qui déclenchent les vagues épidémiques. « La variante Delta était à l’origine de la quatrième vague à l’été 2021, mais a pu aussi provoquer la cinquième grâce à l’hiver », relève-t-il. Et l’immunité acquise contre un variant n’a pas toujours un effet déterminant contre un autre : « Le variant Omicron est arrivé à la fin de la vague hivernale de Delta, alors que la population était suffisamment immunisée pour stopper la croissance de Delta », explique-t-il. En somme, les vagues épidémiques restent des phénomènes complexes dont toutes les variables ne sont pas sous le contrôle des spécialistes.

Lire aussi : Covid19. Huitième vague, nouvelle variante ? Voici les quatre scénarios pour la rentrée

Un virus qui deviendra saisonnier et sans gravité ?

Pendant combien de temps aurons-nous des vagues de grande ampleur ? « L’élément essentiel, c’est de savoir s’il y aura de nouvelles variantes très différentes d’Omicron », répond Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid à l’Académie nationale de Médecine. Un scénario « qui rebattire les cartes », mais actuellement peu probable, la surveillance virologique ne montre pas cette tendance. « Si on continue comme ça, on aura des vagueslettes et probablement finirons nous par arriver à une épidémie qui ressemblait à celle de la grippe, avec des poussées hivernales ».

Pascal Crépey juge, lui, que le Covid-19 sera considéré comme un simple virus lorsqu’il ne sera plus un problème de santé publique, « c’est-à-dire quand nous aurons les moyens de le traiter efficacement pour qu’on n’ait plus de formes graves : cela passe par des traitements efficaces et une vaccination de routine ».

Quid des nouveaux vaccins à la rentrée, que les laboratoires vantent comme plus ciblés et donc plus efficaces contre le virus ? « Nous avons été déçus par la durée de protection conférée par les vaccins contre l’infection », reconnaît Pascal Crépey. « Si des nouveaux vaccins qui combinent différentes souches, rendent la tâche plus difficile pour le virus de trouver des voies d’échappement, la situation ne pourra en être que meilleure ».

Lire aussi : Covid19. La quatrième dose de vaccin va-t-elle être ouverte à tous d’ici à l’automne ?

Une gestion inégale de la pandémie au niveau mondial ?

La politique zéro Covid adoptée par certains pays, notamment en Asie, retarderait-elle la fin de l’épidémie au niveau mondial ? C’est ce que pense l’épidémiologiste Yves Buisson.

« En Chine, la population ne développe pas d’immunité hybride car les autorités ne laissent pas les gens s’infecter donc il n’y a aucune immunité naturelle », lâche-t-il. « Ce sont des populations qui sont très peu immunisées et dans lequel le virus peut reprendre du poil de la bête et faire relancer l’épidémie à travers le monde », poursuivre-il, fustigeant le manque d’homogénéité dans la lutte contre le Covid au niveau mondial. « Il faut que l’ensemble de la population mondiale acquière une immunité collective permettant de réguler la circulation du virus ».

About the author

admin

Leave a Comment