Advertisement

Nouvelles

débattu depuis des années à l’ONU, le Traité sur la haute mer va-t-il enfin voir le jour ?

Advertisement

débattu depuis des années à l'ONU, le Traité sur la haute mer va-t-il enfin voir le jour ?
Written by admin

Advertisement

Dernières heures de négociations à New York aux Nations Unies, vendredi 26 août. La communauté internationale doit achever ses discussions, qui ont débuté le lundi 22 août, sur l’instauration d’un Traité sur la haute mer. Ce texte, en débat depuis des années, vise à protéger les eaux internationales et à encadrer leur exploitation.

>> L’ONU déclare un “état d’urgence des océans”, à l’ouverture d’une conférence mondiale à Lisbonne

Représentant 60% des océans, la haute mer n’est aujourd’hui interdite par aucun texte global, à la différence notamment des zones côtières. Pourtant, elle constitue un enjeu majeur en termes de régulation climatique ou de biodiversité. Le texte en débat à l’ONU serait donc une première, en offrant, par exemple, la possibilité de créer des aires marines où toute exploitation serait drastiquement contrôlée.

“Il faut notamment que les institutions qui sortent de ce traité soient les mains libres et ne soient pas dépendantes d’organisations régionales.”

François Chartier, chargé de campagne Océan à Greenpeace

à franceinfo

Et c’est d’ailleurs sur ce point que les discussions sont les plus complexes, selon François Chartier, chargé de campagne Océan à Paix verte. Selon lui, “jee risque est que, dans la recherche du consensus, certains points importants passent à la trappe et envisagent de vider le traité de sa capacité à atteindre son objectif principal qui est la conservation des océansprévient-il. Pour prendre un exemple, c’est tout l’enjeu qui va se disputer sur la question des aires marines protégées”.

François Chartier ajoute qu’il “faut notamment que les institutions qui sortent de ce traité aient les mains libres et ne soient pas dépendantes d’organisations régionales et notamment des organisations régionales de pêche, qui, elles sont dans une logique de maintenir le statu quo. C‘est-à-dire de défendre avant tout l’industrie des pays éprouvés”.

Selon la communauté scientifique internationale, pour éviter une catastrophe écologique, il faudrait arriver à mettre en place des aires protégées sur 30% des océans d’ici 2030. Aujourd’hui, elles ne représentent qu’environ 1%. Paix verte estime notamment que si le texte n’est pas finalisé cette année, il sera “impossible” de protéger 30% des océans d’ici 2030, objectif défendu par de nombreux États dans le cadre d’autres négociations en cours sur la biodiversité mondiale.

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment