Advertisement

SANTÉ

Italie : un homme testé positif au Covid-19, au VIH et à la variole du singe

Advertisement

Italie : un homme testé positif au Covid-19, au VIH et à la variole du singe
Written by admin

Advertisement

Un Italien de 36 ans a récemment été testé positif en même temps au Covid-19, à la variole du singe et au VIH après un séjour en Espagne.

Une triple infection unique au monde. Un Italien de 36 ans a récemment été testé positif au Covid-19, au VIH et à la variole du singe en même temps. Le journal italien Sky a rapporté que le jeune homme était parti en voyage en Espagne du 16 au 20 juin. C’est quelques jours après son retour qu’il a commencé à ressentir des symptômes grippaux, fièvre, maux de gorge, fatigue. Trois jours après le début des symptômes, il a été testé positif au Covid-19, qu’il avait déjà contracté en janvier dernier et contre lequel il avait reçu deux doses de vaccin.

Le même jour, des éruptions cutanées sont apparues sur ses bras, et se sont étendues sur le reste de son corps les jours suivants. Il s’est alors rendu aux urgences de l’hôpital de Catane, en Sicile, le 5 juillet dernier. Il a été une nouvelle fois testé positif au Covid, mais également à la variole du singe.

Le jeune homme a alors raconté au personnel médical qu’il avait eu des rapports sexuels non protégés avec d’autres hommes lors de son voyage en Espagne, et les médecins ont décidé de lui faire passer des tests de dépistages pour les infections sexuellement transmissibles , comme l’herpès ou la chlamydia.

C’est alors que les médecins ont découvert qu’il avait été récemment infecté par le VIH. Son taux de CD4, une protéine que l’on retrouve sur des lymphocytes T, et ne se sert pas du VIH pour pénétrer dans les cellules, a indiqué que l’infection était récente.

Impossible de mesurer les effets de cette triple infection

Le patient est sorti environ une semaine après son hospitalisation, selon le quotidien italien. Il est négatif au Covid-19 et à la variole du singe, et doit suivre un traitement contre le Sida.

« Comme il s’agit du seul cas signalé de co-infection par le virus de la variole du singe, le Sars-CoV-2 et le VIH, il n’y a pas encore de preuves suffisantes pour soutenir que cette combinaison peut aggraver l’état du patient», ont ajouté les experts qui ont étudié le cas de ce malade, dans la revue Journal of Infection.

« Les cliniciens doivent donc être conscients de la possibilité d’une co-infection par le virus du Sars-CoV-2 et le virus de la variole du singe », ont souligné les médecins. Ils peuvent également indiquer que les rapports sexuels sont un mode de transmission « prédominant » en ce qui concerne la variole du singe.

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment