Advertisement

Nouvelles

la condamnation scandaleuse de Salma Al-Chehab

Advertisement

la condamnation scandaleuse de Salma Al-Chehab
Written by admin

Advertisement

jeIl s’est donc trouvé des juges en Arabie saoudite pour condamner, le 9 août, à trente-quatre ans de prison, une doctorante en médecine dentaire. Pour quel crime ? Avoir partagé des messages en faveur des droits des femmes sur un compte Twitter est resté particulièrement confidentiel.

En première instance, en 2021, une très lourde peine de six ans de prison, dont trois avec sursis, avait déjà été prononcée contre Salma Al-Chehab, âgée de 34 ans, mère de deux enfants et qui appartient à une minorité chiite souvent injustement stigmatisée. En appel, la justice saoudienne a fait ce choix du grotesque. Une interdiction de quitter le royaume pour une durée similaire a même été ajoutée pour faire bonne mesure. Cette justice a révélé que la jeune femme, qui poursuivait ses études au Royaume-Uni avant son arrestation à l’occasion d’une visite en Arabie saoudite, a « fourni de l’aide à ceux qui cherchent à troubler l’ordre public et à diffuser des informations fausses et malveillantes ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’ubuesque condamnation d’une Saoudienne à trente-quatre ans de prison pour des messages sur Twitter

En matière de malveillance à l’égard du royaume, les juges à l’origine de cette peine ubuesque ont, en fait, battu tous les records. Ils ont justifié les pires clichés dont les autorités saoudiennes sont les premières à se plaindre. Avec de tels fonctionnaires, l’Arabie saoudite n’a pas besoin de détracteurs. Pour mémoire, la peine la plus lourde prononcée contre les membres du commando responsable, en 2018, de l’assassinat et du démembrement atroce du dissident saoudien Jamal Khashoggi, dans le consulat du royaume à Istanbul, a été inférieure de quatorze ans à celle qui frappe Salma Al-Chehab…

MBS comptable de cette décision

Comme on ne fera pas injure au prince héritier Mohammed Ben Salman, maître de fait du royaume, de considérer que ses mains sont liées par le principe de séparation des pouvoirs, il est évidemment comptable de cette condamnation scandaleuse qui a ému jusqu’aux Nations unies . Par ricochet, cette peine ne peut qu’embarrasser les dirigeants qui ont participé à sa récente réhabilitation après l’affaire Khashoggi. Il s’agit du président des États-Unis, Joe Biden, qui l’a rencontré en juillet à Djedda, et d’Emmanuel Macron, qui l’a reçu, un peu plus tard, à Paris. Même la plus glaciale des realpolitiks devrait imposer des limites à l’arbitraire, surtout lorsqu’on prétend défendre des valeurs telles que l’équité et le respect des droits humains.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Arabie saoudite : Mohammed Ben Salman, la revanche du proscrit

Il faut conserver que la raison revienne très vite aux autorités saoudiennes et que cette peine qui les ridiculise aux yeux du monde entier soit rapidement annulée. L’inverse témoignerait d’une inquiétante surdité de la part d’un prince dont l’ascension a été caractérisée autant par une mise au pas particulièrement brutale de ses paires, au sein d’une monarchie où le pouvoir avait longtemps été exercé de manière collégiale, que par des décisions particulièrement hasardeuses, comme la guerre dévastatrice et vaine rendue au Yémen contre la rébellion houthiste.

Avant l’assassinat du dissident saoudien, qui a été suivi d’une quarantaine diplomatique, Mohammed Ben Salman n’avait pas compté son énergie pour installer le récit d’un prince réformateur, déterminé à tirer le royaume de l’immobilisme et à anticiper la fin de la rente pétrolière qui gonfle aujourd’hui les caisses saoudiennes. Le choix stratégique d’une plus grande ouverture du royaume sur le monde, notamment par le tourisme, est cependant incompatible avec les us et coutumes de satrape qu’illustre la condamnation inique de Salma Al-Chehab.

Le Monde

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment