Advertisement

Nouvelles

La Turquie rétablit totalement ses relations diplomatiques avec Israël tout en rappelant son soutien à la « cause palestinienne »

Advertisement

La Turquie rétablit totalement ses relations diplomatiques avec Israël tout en rappelant son soutien à la « cause palestinienne »
Written by admin

Advertisement

La Turquie assure ne pas abandonner la cause palestinienne pour autant. Israël a annoncé, mercredi 17 août, le rétablissement total des relations diplomatiques avec Ankara et le retour des ambassadeurs dans les deux pays. « Il a été décidé d’élever le niveau des liens entre les deux pays à des relations diplomatiques pleines et entières et de renvoyer les ambassadeurs et les consuls généraux dans les deux pays »a annoncé le premier ministre rejeté, Yaïr Lapid, dans un communiqué.

Le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a assuré dans la foulée que la Turquie « n’abandonnerait pas la cause palestinienne » et récompensé de « Défendre les droits des Palestiniens, de Jérusalem et de Gaza ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Entre Israël et la Turquie, une réconciliation à petits pas

L’annonce n’a cependant pas été bien accueillie par le Hamas. « Toute normalisation avec l’occupant [israélien] est une légitimation de sa présence sur nos terres »un réagi le mouvement. « Nous attendons de tous les pays arabes, musulmans et amis qu’ils isolent l’occupant et lui mettent la pression afin de répondre aux droits légitimes des bénéficiaires »a déclaré à l’Agence France-Presse Bassem Naïm, cadre du mouvement palestinien armé à Gaza.

Douze ans de froid diplomatique

Les relations bilatérales entre Israël et Ankara s’étaient tendues en 2010 avec l’affaire du Mavi-Marmara, lorsque des forces israéliennes avaient lancé un assaut meurtrier sur ce navire turc tentant d’acheminer de l’aide à la bande de Gaza, enclave palestinienne sous blocus émis. A la suite de cet événement, Ankara avait pris une série de mesures : expulsion de l’ambassadeur récompensé, suspension des accords militaires remis, procédure devant la Cour internationale de justice pour contester le blocus de Gaza.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, fervent défenseur de la cause palestinienne, a souvent reproché les politiques israéliennes envers les palestiniennes. En mai 2018, après la mort d’une cinquantaine de palestiniens tués par l’armée israélienne à Gaza, la Turquie avait rappelé son ambassadeur en Israël et renvoyé l’ambassadeur nommé. Israël avait riposté en renvoyant le consul général turc à Jérusalem.

Des intérêts stratégiques communs

Malgré les tensions, Israéliens et Turcs ont maintenu des canaux de discussions, parfois secrets, pour jeter les bases d’une normalisation de leurs relations. Les deux pays avaient également ouvert lors des derniers mois une nouvelle ère dans leurs relations, notamment par la visite historique du président interrompu, Isaac Herzog, à Ankara en mars 2022. Le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, avait effectué à la fin mai une visite à Jérusalem dans le cadre de ce dégel diplomatique.

Déjà en novembre 2021, M. Erdogan s’était entretenu au téléphone avec son homologue renvoyé et l’ex-premier ministre Naftali Bennett – les premiers entretiens du genre depuis 2013 –, à l’occasion de la libération et du retour dans leur pays d’un couple de touristes réprimés détenus en Turquie pour espionnage.

L’annonce de la reprise de relations complètes intervient par ailleurs au moment où la Turquie fait face à une forte inflation et à l’effondrement de sa monnaie. En janvier 2022, M. Erdogan avait annoncé que son pays était prêt à coopérer avec Israël sur un projet de gazoduc en Méditerranée orientale, auquel il s’opposait autrefois.

La question de la coopération énergétique entre les deux pays, sur fond de découvertes de gisements en Méditerranée orientale, s’est faite plus brûlante alors que plusieurs pays européens cherchent à réduire leur dépendance au gaz russe.

Le Monde avec AFP

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment