Advertisement

SANTÉ

la vaccination en pharmacie, en expérimentation, objet d’une « forte attente » chez les publics cibles

Advertisement

la vaccination en pharmacie, en expérimentation, objet d'une « forte attente » chez les publics cibles
Written by admin

Advertisement

Sur la place de la gare bordée d’immeubles étroits et hauts, la Grande Pharmacie de Paris, à Lille, occupe une position privilégiée. Au croisement de deux grandes stations ferroviaires, de deux lignes de métro et d’une ligne de tram, son accessibilité est un atout précieux. Elle a été retenue, de fait, pour participer à une expérimentation qui a démarré le 10 août : avec quatre autres officines, elle teste la sensibilité d’une vaccination contre le virus Monkeypox (“variole du singe”) par les pharmacies de ville.

A l’intérieur, quelques jeunes hommes patientent, en un fichier discret, devant les stands de parapharmacie. « Je viens de Bruxelles, à une demi-heure de traintémoigne Philippe, 38 ans. En Belgique, les stocks du vaccin de nouvelle génération contre la variole sont très insuffisants. J’ai pris rendez-vous sur Doctolib et obtenu très vite une place. Etre vacciné me rassurera. » Derrière lui, Marc, 42 ans, vient aussi de Belgique ; même choisi pour Thierry, 33 ans : « J’ai été informé par Instagram de l’ouverture de cette vaccination, explique-t-il. Pour moi, c’est une sécurité. »

« Vous êtes droitier ou gaucher ? »demande Amaury, pharmacien assistant, dans une petite salle aveugle nichée derrière l’espace de vente. « Droitier », répond Marc. Après propose, Amaury pique l’épaule gauche du jeune homme et pousse doucement le piston. « Le vaccin est injecté sous la peau, ça ne fait vraiment pas maldétaille-t-il. Tout au plus, ça risque de gonfler un peu dans les heures qui viennent. » Ce que confirme Philippe, regard bleu vif, souriant derrière le masque : « C’est une petite piqûre de rien du tout ! »

« Il y a une forte attenterelève Fabien Florack, pharmacien titulaire, gérant de la pharmacie lilloise. Quand nous avons ouvert les premiers créneaux, ils ont été pris en moins de deux jours. » Cette pharmacie a également été choisie pour son important dossier actif de patients traités pour le VIH ou qui suit un traitement préventif. « Cette population correspond au public cible de la vaccination contre la variole du singe. Sur ce sujet sensible, notre expérience nous donne un savoir-être. »

Tempo poussif, mais qui s’accélère

Identifiée début mai, l’épidémie de variole du singe concerne un nombre croissant de pays et de personnes. Au 19 août, 40 756 cas ont été reportés dans 96 pays, dont 19 870 en Europe. En France, 2 749 cas confirmés ont été refusés, le 16 août. La région Ile-de-France concentrait le plus grand nombre de cas (1 642), suivi de l’Occitanie (244 cas) et d’Auvergne-Rhône-Alpes (213 cas). Tous sont des hommes adultes (âge médian : 36 ans), sauf 29 femmes et quatre enfants de moins de 15 ans. A ce jour, 53 personnes (3 %) ont dû être hospitalisées, mais aucun décès n’a été signalé en France.

Il vous reste 66,12% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment