Advertisement

Nouvelles

le pari de Volodymyr Zelensky en Crimée

Advertisement

le pari de Volodymyr Zelensky en Crimée
Written by admin

Advertisement

Près de six mois après le déclenchement de l’agression russe contre l’Ukraine, la détermination du président Volodymyr Zelensky demeure intacte. Cette guerre, imposée par un envahisseur bien plus puissant que sa victime, reste pourtant particulièrement difficile dans le Donbass, où le rouleau compresseur russe, après l’échec cuisant de son offensive initiale sur Kiev, nécessite d’avancer, même très laborieusement.

Coup sur coup, deux attaques de sites militaires russes en Crimée ont pourtant montré que le pouvoir ukrainien refuse de se résigner à subir. Ces coups tactiques, non revendiqués ultérieurement, ne présument en rien d’une offensive dont l’armée ukrainienne reste totalement incapable en l’état. Mais ils reflètent la volonté d’élargir les options militaires, d’afficher une stratégie de reconquête et de livrer bataille également sur le terrain des symboles.

Lire aussi : Guerre en Ukraine, en direct : Volodymyr Zelensky demande aux habitants des zones occupées de ne pas s’approcher des bases militaires russes

Ces attaques réinscrivent en effet le conflit en cours dans le récit, qui fixe le début de l’agression ukrainienne non pas au 24 février 2022, mais huit ans plus tôt, le 27 février 2014, avec le lancement des opérations militaires russes dans la péninsule , base de la flotte russe de la mer Noire. Ces dernières allaient déboucher sur une annexion unilatérale qu’un référendum controversé tenterait de recouvrir d’un voile de légitimité. L’Organisation des Nations unies ne l’a jamais reconnue.

Nouvelles cartes

Cette bataille des récits est aussi stratégique que celle livrée par les armes. Jusqu’à présent, le calme dont bénéficiait la Crimée, point de départ de l’invasion par les troupes russes du sud de l’Ukraine, validait la thèse de Vladimir Poutine d’une conquête territoriale qui ne faisait plus débat. Les séjours de nombreux ressortissants russes sur ses rives baignées par les eaux de la mer Noire l’appuyaient. La dégradation de la situation, qui a entraîné des départs précipités au cours des dernières heures, est brutale et brouille la propagande de Moscou.

S’il se confirme en outre, comme l’estiment certains experts, qu’elles ont été causées par des bombardements d’une portée inédite (d’environ 200 kilomètres), ces attaques créent potentiellement une nouvelle situation. Celle-ci pourrait contredire l’agresseur à revoir une bonne partie de son dispositif militaire. Soucieux de ne pas alimenter une escalade incontrôlée, les alliés se sont limités jusqu’à présent à une aide militaire qui ne permet pas théoriquement de tels bombardements.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Ukraine : la Crimée rattrapée par la guerre

En tentant de remettre le sort de la Crimée sur la table militairement et en annonçant la création d’un « conseil pour la désoccupation » de la péninsule, Volodymyr Zelensky fait preuve d’audace. En déclarant le 9 août que « la guerre en Ukraine a commencé par la Crimée et doit se terminer avec sa libération », il a confirmé qu’il considère moins que jamais le temps de la négociation venu, puisqu’il abat de nouvelles cartes dans la guerre d’attrition en cours.

Vladimir Poutine, qui a dénoncé mardi lors d’une conférence sur la sécurité à Moscou le rôle des Etats-Unis, accusés de « faire traîner » le conflit, va devoir prendre une nouvelle fois en compte, sous la pression, la résilience de Kiev. Prisonnier d’une doxa qui a fait de la Crimée une ligne rouge, il n’aura d’autre choix que de renchérir, si les attaques attribuées à l’Ukraine se poursuivent sur la péninsule. Il contribuait alors à rendre plus visible une guerre qu’il a voulu masquer à sa population.

Le Monde

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment