SANTÉ

le vaccin comme arme de défense absolue

le vaccin comme arme de défense absolue
Written by admin

C’est une maladie qui semblait d’un autre âge en Occident. Le 21 juillet, les Etats-Unis ont rapporté leur premier cas de poliomyélite depuis près de dix ans. L’homme touché, âgé de 20 ans, réside dans le comté de Rockland, à 48 kilomètres de New York. Il s’était rendu à l’hôpital à la suite d’une paralysie de la jambe. Rapidement atteint comme étant infecté par le poliovirus, l’agent responsable de la maladie, il souffre toujours d’une paralysie partielle. Il n’était pas vacciné.

Les pays riches avaient presque oublié cette affection très contagieuse, due à un virus qui s’attaque au système nerveux et peut provoquer un handicap moteur permanent. Son mode de transmission habituel est la voie oro-fécale, à partir d’une eau ou d’une nourriture souillée. Avant le début des campagnes massives de vaccination, au milieu et à la fin des années 1950 en Occident, cette maladie semait l’effroi. Surtout chez les parents d’enfants de moins de 5 ans, cibles de prédilection du virus. En France, entre 1943 et 1988, la poliomyélite a provoqué 32 793 paralysies et tué 3 315 personnes.

Depuis 1988, le nombre de cas de polio s’est effondré de 99 %. Une chute spectaculaire, due au déploiement de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, apportée sous l’impulsion des gouvernements nationaux, de l’Organisation mondiale de la santé, du Rotary International, des centres pour le contrôle et la prévention des maladies américaines et de l’Unicef. Elle a ensuite reçu le soutien massif de la Fondation Bill et Melinda Gates et de Gavi, l’Alliance du vaccin. Résultat : alors qu’en 1988, le nombre de cas était apparu à 350 000, avec un virus endémique dans plus de 125 pays, seulement six cas de paralysies dues à des poliovirus sauvages ont été notifiés en 2021. Deux pays seulement, l’ Afghanistan et le Pakistan, continuent de connaître des flambées de poliomyélite liées au virus sauvage.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La poliomyélite refait surface malgré les efforts pour l’éradiquer

Le jeune Américain, cependant, n’a pas été contaminé dans un de ces pays. Sa paralysie résulte d’un fait troublant, déjà observé ailleurs. Le virus qui l’a frappé dérivait d’un vaccin oral utilisé dans de nombreux pays en développement. Un vaccin contenant un poliovirus rendu inoffensif mais toujours vivant, qui a ensuite muté, parce qu’il s’est multiplié chez de nombreuses personnes non vaccinées.

« Un danger à New York »

Le scénario est le suivant. Une personne reçoit un de ces vaccins oraux. Elle excrète alors plusieurs semaines le poliovirus dans ses selles. « Si, autour d’elle, il n’y a que des personnes vaccinées oralement, ce virus ne trouvera personne à infecterraconte Maël Bessaud, expert des poliovirus à l’Institut Pasteur. Mais si elle rencontre de nombreux individus non vaccinés, ou si elle se rend dans une région où seul le vaccin inactivé est utilisé, ce virus pourra se mettre à circulaire. » S’il se propage pendant plusieurs mois d’une personne non vaccinée à une autre, il pourra accumuler beaucoup de modifications dans son génome. C’est alors qu’il pourra redevenir virulent et provoquer des paralysies.

Il vous reste 69,18% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

About the author

admin

Leave a Comment