Advertisement

Nouvelles

Liz Cheney, la républicaine qui incarne l’opposition à Donald Trump, perd sa primaire dans le Wyoming

Advertisement

Liz Cheney, la républicaine qui incarne l'opposition à Donald Trump, perd sa primaire dans le Wyoming
Written by admin

Advertisement

Les démocrates n’auront pas réussi à sauver Liz Cheney. Par une de ces alliances contre-nature créées aux États-Unis par l’influence de Donald Trump dans les primaires pour les élections de mi-mandat, en novembre, les électeurs non républicains du Wyoming étaient invités par la candidate sortante, et porte- drapeau de l’opposition à l’ancien président, à changer temporairement d’affiliation pour l’aider à surmonter l’hostilité de son camp.

Le calcul a échoué. La participation a été plus élevée que d’habitude, laisse penser qu’un certain nombre de transfuges s’étaient joints aux républicains. Mais dans un État aussi conservateur, le moins peuplé du pays, où les démocrates sont quatre fois moins nombreux que les républicains, Harriet Hageman, la candidate soutenue par Donald Trump, n’a pas eu de peine à éliminer Liz Cheney, la fille de l’ancien vice-président Dick Cheney, élue depuis 2016 et réélue en 2020 avec 68 % des voix. L’écart était de 35 points, encore plus important que le score annoncé par les sondages.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Primaires : américaines dans le Wyoming, Liz Cheney « ne représente pas ce que nous sommes »

Moins de deux heures après la clôture du scrutin, la sortante n’a pu que féliciter sa rivale, une avocate spécialisée dans les litiges contre les réglementations environnementales, proche jusque-là de la famille Cheney, mais reconvertie en fidèle de Trump pour le scrutin . Mais Liz Cheney n’a pas caché que l’ancien président n’avait pas fini de le trouver en travers de son chemin. « La primaire est finie ; maintenant, le véritable travail commence », at-elle lancé, en appelant « républicains, démocrates, indépendants » à la rejoindre pour empêcher l’ancien président de revenir aux affaires. « Il sait que ses mensonges vont provoquer la violence, at-elle accusée. Une nouvelle escalade de la violence est à prévoir. »

« Votre déshonneur reste »

Ancienne juriste au département d’État sous George W. Bush, ancienne chroniqueuse au verbe vif sur Fox News, conservatrice souvent doctrinaire, Liz Cheney, 56 ans, était la numéro trois du Parti républicain jusqu’à sa répudiation, en mai 2021, par l’état-major pour avoir voté en faveur de la destitution de Donald Trump, après les événements du 6 janvier au Capitole. Devenue le visage de la résistance à Trump et à sa tentative de nier la victoire de Joe Biden, elle avait accepté la proposition de Nancy Pelosi, l’une des figures les plus haïes par les républicains, de prendre la vice-présidence de la commission d’enquête sur l’insurrection. Les trumpistes s’étaient mobilisés contre « la marionnette de Pelosi ». La dissidente les avait mis au défi du verdict de l’histoire. « A mes amis républicains qui défendent l’indéfendable, il y aura un jour où Trump sera parti mais votre déshonneur rester. »

Il vous reste 59,59% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment