Advertisement

SANTÉ

Médecines alternatives, “thérapies” non réglementées : Doctolib face aux accusations

Advertisement

Advertisement

publié le lundi 22 août 2022 à 17h45

Plusieurs professionnels de santé s’inquiètent de certaines pratiques proposées sur la plateforme de prise de rendez-vous médicaux. Face à la polémique, Doctolib a annoncé lundi 22 août avoir suspendu plusieurs comptes liés à des naturopathes controversés.

“Ce n’est pas à nous de dire si ces activités sont efficaces ou utiles”.

Le PDG de Doctolib a pris la parole face à la grogne qui monte parmi certains médecins quant aux services proposés sur la plateforme, accusée de faire la promotion de médecins parallèles.

De la naturopathie à la sophrologie en passant par l’acupuncture, le géant français de la prise de rendez-vous en ligne répertorie de nombreux types de services de santé alternatifs, et non-réglementés. “La demande est là”, confirme ainsi Stanislas Niox-Chateau, quant à ces pratiques. “Elles sont légales, nous n’avons donc pas de raison d’empêcher les praticiens d’être inscrits sur notre site”fait-il valoir dans les colonnes du parisiennelundi 22 août.

“Le problème de Doctolib, c’est son positionnement”, estime pour sa part le docteur Franck Clarot, co-fondateur du collectif “Du côté de la science”, cité par Le Parisien. “S’il met au même plan des professions réglementées et d’autres totalement floues, alors ce n’est plus une plateforme de santé mais de services”, juge le radiologue.

Face à ces questions, la direction de Doctolib relativise la présence “marginale” de ces services sur la plateforme. “Ce sont 3% des 170 000 praticiens de notre site, 0,3% des prises de rendez-vous et 0,06 % si on prend l’exemple de la naturopathie ! Notre rôle est d’informer l’utilisateur, lui donner une information claire, mais pas de l’empêcher. Nous ne sommes pas l’annuaire du ministère de la Santé”, abonde Stanislas Niox-Chateau.

Doctolib a également répondu en ligne, sous la forme d’un enchaînement de tweets, se défendant au passage de toute promotion d’exercice illégal de la médecine.

Un peu plus tard dans la journée, Doctolib a indiqué à BFM TV et au parisienne avoir suspendu l’accès à 17 naturopathes dont la formation a été fauchée – selon leur fiche – par Irène Grosjean et Thierry Casasnovas, deux figures très décriées.

Spécialiste de naturopathie depuis 60 ans, la première, âgée de 92 ans, a suggéré notamment aux parents de manipuler les parties génitales de leurs enfants pour faire baisser la fièvre, rapporte le compte Twitter L’Extracteur, qui dénonce la désinformation médicale.

Quant au second, il est poursuivi en justice pour “exercice illégal de la médecine” et “est notamment à l’origine du discours pouvant pousser des patients à renoncer à leurs traitements pour certaines maladies graves, y compris pour le cancer”, rappelle BFMTV.

Géant français de la prise de rendez-vous médicaux, Doctolib s’était retrouvé en pleine lumière lors de la crise du Covid-19, et avait joué un rôle central dans la campagne de vaccination.

Advertisement

About the author

admin

Leave a Comment