Nouvelles

six morts dans une frappe sur Kharkiv ; Kiev dit se préparer à « tous les scénarios » pour la centrale de Zaporijia

six morts dans une frappe sur Kharkiv ;  Kiev dit se préparer à « tous les scénarios » pour la centrale de Zaporijia
Written by admin

La situation de la centrale nucléaire de Zaporijia, particulièrement complexe, laisse beaucoup de monde dans l’incompréhension. Nous allons essayer de vous faire un point sur ce que nous savons et ce que nous ignorons, et de vous donner quelques clés de compréhension.

La centrale est, en effet, occupée par les Russes depuis le mois de mars, comme la ville d’Enerhodar, où se situe la centrale. Cinq cents soldats russes seraient actuellement basés dans le périmètre de la centrale. En revanche, le personnel, celui qui assure le fonctionnement quotidien de l’infrastructure, est ukrainien.

A la question de savoir qui tire personne n’a de réponse. Les Ukrainiens accusent les Russes, les Russes accusent les Ukrainiens. Ni les uns ni les autres n’ont fourni de preuve de ces accusations. Aucune autorité indépendante n’a pu se rendre sur place, faute de garanties de sécurité suffisantes, mais aussi faute d’accord – Kiev refuse, craignant qu’une visite de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AEIA) ne légitime l ‘occupation russe du site.

Ce qui semble désormais établi, c’est que les Russes ont stocké des armements dans le périmètre de la centrale. Le site d’enquête russophone L’initié (proche de l’opposition russe) a publié les images d’un important déploiement d’équipement russe à cet endroit. Plusieurs dizaines de blindés et des systèmes de défense antiaérienne y seraient stationnés. Nous savons aussi que les Russes n’hésitent pas à tirer sur des centrales : ils l’ont fait en mars lorsqu’ils ont pris Zaporijia, détruisant plusieurs bâtiments lors de frappes.

Si l’Ukraine évitait les combats à proximité des centrales au début de la guerre, elle peut désormais attaquer les Russes à l’intérieur, comme l’explique notre journaliste Emmanuel Grynszpan dans l’article ci-dessous. Le 20 juillet, des images filmées par un drone de surveillance ont montré qu’un drone suicide ukrainien s’écrasait juste à côté d’une tente militaire au milieu de la centrale.

Quant à savoir pour quelles raisons Kiev ou Moscou tirerait sur la centrale, nous ne pouvons que vous transmettre les analyses qu’en font les experts. L’Institut pour l’étude de la guerre (ISW), comme plusieurs autres observateurs observés, a noté plusieurs fois que les Russes « utilis[ai]ent la centrale nucléaire de Zaporijia pour jouer sur les craintes occidentales d’une catastrophe nucléaire en Ukraine, probablement dans le dessein de miner la volonté occidentale de fournir un soutien militaire à une contre-offensive ukrainienne ».

Du côté ukrainien, les villes de Nikopol et Marhanets, qui se trouvent juste en face de la centrale de Zaporijia, sur l’autre rive du Dniepr, sont pilonnées depuis plusieurs semaines par des tirs ennemis. Les experts de l’ISW relevaient il ya peu que ces attaques plaçaient « intentionnellement » l’Ukraine « dans une position difficile », puisque les Russes se fatiguent depuis leurs positions autour de la centrale nucléaire. « Soit l’Ukraine riposte, risquant une condamnation internationale et un incident nucléaire (…), résume l’ISW, soit l’Ukraine permet aux forces russes de continuer à tirer sur les positions ukrainiennes depuis une « zone de sécurité » efficace ».

Lire aussi : Guerre en Ukraine : intimidation et chantage autour de la centrale nucléaire de Zaporijia

About the author

admin

Leave a Comment