SANTÉ

Variole du singe : Autorisée ce vendredi, l’injection sous la couche supérieure de la peau permettra de vacciner 5 fois plus de personnes contre le monkeypox

Variole du singe : Autorisée ce vendredi, l'injection sous la couche supérieure de la peau permettra de vacciner 5 fois plus de personnes contre le monkeypox
Written by admin

L’objectif est de vacciner beaucoup de personnes face à l’augmentation des cas ces derniers mois.

Le groupe de travail d’urgence de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a examiné les données sur le vaccin contre la variole du singe utilisé en injection intradermique (administré juste sous la couche supérieure de la peau). Jusque-là, le vaccin n’est autorisé que pour l’injection sous-cutanée. Cependant, lorsqu’il est administré par voie intradermique, une plus petite dose du vaccin peut être utilisée.

Ce vendredi, l’EMA a ainsi autorisé cette nouvelle technique d’injection du vaccin contre la variole du singe, qui permettra, compte tenu de l’approvisionnement actuellement limité en vaccins, d’immuniser davantage de personnes avec une dose minimale et de prévenir ainsi une éventuelle pénurie.

L’EMA indique avoir examiné les données d’un essai clinique 2 impliquant environ 500 adultes, qui a comparé le vaccin administré par voie intradermique ou sous-cutanée, en 2 doses avec un intervalle de 4 semaines entre chaque dose. Les personnes recevant le vaccin par voie intradermique ont produit des niveaux d’anticorps similaires à ceux qui ont reçu la dose sous-cutanée la plus élevée.

Cependant, l’EMA a prévenu qu’il y avait un risque plus élevé de réactions locales (par exemple, rougeur plus durable, et épaississement ou décoloration de la peau) après des injections intradermiques.

“Les autorités nationales peuvent décider, à titre de mesure temporaire, d’utiliser l’Imvanex en injection intradermique à une dose plus faible pour protéger les personnes à risque pendant l’épidémie actuelle de variole du singe, tant que l’approvisionnement en vaccin reste limité”, a aussi déclaré l’EMA.

Cette décision va permettre de vacciner cinq fois plus de personnes avec les stocks de vaccins disponibles.

L’EMA rappelle que “le monkeypox est une maladie rare causée par une infection par le virus du monkeypox, qui provoque des symptômes similaires à ceux de la variole. Le monkeypox commence par la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, Une éruption cutanée se développe généralement un à trois jours après le début de la fièvre, apparaissant d’abord sur le visage et se propageant à d’autres parties du corps, y compris les mains et les pieds. Le monkeypox peut être mortel, même s’il est généralement plus bénin que la variole”.

About the author

admin

Leave a Comment